Le monde brûle-t-il?

Jouer

Les valeurs sociétales menacent de faire place à un sentiment de 'Moi D'Abord'.

La crise économique et financière a continué à faire des vagues en 2011. Pour l'instant, la Belgique n'est pas dans le collimateur des marchés internationaux, pour autant que le gouvernement parvienne à trouver un équilibre budgétaire durable au cours des trois prochaines années. Il ne fait aucun doute que le remède consistera en un mélange d'économies dans les dépenses publiques, de réformes structurelles efficaces et de nouvelles recettes. Il est peu probable que les soins de santé y échappent. Cette crise permanente comporte un triple danger pour notre hôpital.

X

Premièrement, des économies dans les soins de santé sont synonymes de revenus inférieurs. Par exemple, en réduisant le remboursement des actes médicaux ou des activités hospitalières, dont les coûts réels augmentent cependant chaque année. Mais aussi, par exemple, en réduisant l'offre d'études cliniques et scientifiques financées par l'industrie.

Deuxièmement, les crises économiques réduisent la consommation et donc, également la consommation de soins de santé, ce qui entraîne une stagnation de l'activité médicale et donc, des revenus pour l'hôpital. Le citoyen resserre les cordons de la bourse et reporte dès lors les soins médicaux.

Un troisième effet, moins perceptible, se situe au niveau du mental. La crise et l'inquiétude, nourries en outre par une presse souvent sans pitié, rendent les gens plus hargneux, inquiets, impatients et même plus agressifs. La perception l'emporte sur la réalité et le dialogue nuancé. Des valeurs sociétales, comme la tolérance et la solidarité sociale, que nous considérions comme acquises, menacent de faire place à un sentiment de "Moi D'Abord".

Et pourtant, l'UZ Brussel tient bon au milieu de ces défis sociétaux. Comment peut-on en apporter la preuve ?

Après une période de croissance évidente, l'UZ Brussel a atteint globalement une certaine stabilisation. Cette "stabilisation globale" n'est toutefois pas synonyme d'immobilisme. Ce rapport contient des extraits des nombreuses initiatives prises ET réalisées en 2011. Les résultats - car c'est finalement de cela qu'il s'agit – sont là. Une étude comparative avec d'autres hôpitaux le confirme, comme l'enquête de réputation que Test-Achats a fait réaliser à la mi-2011.

Le patient est largement satisfait (UZ Brussel dans le top trois), les médecins traitants sont largement satisfaits (UZ Brussel parmi les deux premiers), les collaborateurs travaillent dans un "bon" environnement) (UZ Brussel est Top-Employer), la production scientifique (de concert avec la Faculté de Médecine et de Pharmacie) continue d'augmenter.

L'UZ Brussel a une structure financière saine et le résultat d'exploitation reste positif Ceci permet d'envisager l'avenir avec confiance dans nos propres capacités. Le coup d'œil rétrospectif sur 2011 nous rend donc heureux, fiers et reconnaissants. Car nous sommes bien conscients que c'est la richesse absolue en collaborateurs qui permet finalement d'accomplir tout ceci. Nous vous invitons à parcourir ce rapport annuel et ce, en considérant que derrière chaque projet, chaque réalisation, chaque patient satisfait, il y a des personnes qui ont œuvré en ce sens. Ceci est donc notre garantie la plus importante pour l'avenir.

Respect!

Dans la postface, vous trouverez quelques-unes de nos réponses aux défis - sans aucun doute innombrables - qui nous attendent.

Ce rapport annuel n'a pas la prétention d'être exhaustif, mais vise plutôt à vous donner une vue d'ensemble des réalisations et des évolutions les plus importantes en 2011.

Bonne lecture.

"Bruxelles est une marque déposée que les autres universités nous envient et qui est même beaucoup plus forte que celle de la Belgique même."
Jouer

Prof. Paul De Knop
lors de la séance académique de rentrée 2011
Recteur de la Vrije Universiteit Brussel

Prise
en charge

du patient

X

Les chiffres ne disent pas tout, mais...

De manière générale, le niveau d'activité de l'hôpital en 2011 est comparable à celui de 2010. Quelques exceptions doivent néanmoins être notées çà et là.

En 2011, l'UZ Brussel comptait 721 lits. Un peu plus de 97 % des patients viennent de Belgique. Les groupes les plus importants qui viennent ensuite sont constitués de patients originaires d'Italie, des Pays-Bas et de France.

En 2011, au total, 51.601 patients ont été hospitalisés (hospitalisations classiques et de jour), soit 1,4 % de plus que l'année précédente. Le nombre d'hospitalisations classiques prévues a augmenté de 6,2 % pour dépasser 15.000 unités. Le nombre d'hospitalisations de jour est resté stable avec 22.669 patients.

Le nombre d'hospitalisations classiques prévues a augmenté de 6,2 %

Hospitalisations classiques planifiées

La nette augmentation des hospitalisations classiques planifiées a surtout été réalisée par les services pneumologie, chirurgie abdominale et pédiatrique, et la nouvelle clinique du diabète. Le nombre d'hospitalisations d'urgence a légèrement baissé (1,1 %), mais le service des urgences - le plus grand de notre pays situé en un seul et même endroit - avec 48 % des patients, continue à assurer un afflux de patients vers les autres services de l'hôpital.

Le nombre d'hospitalisations via le service des urgences reste stable avec 13.880 patients

Hospitalisations via les urgences

Le nombre d'hospitalisations de jour (hors mini-forfaits) reste stable à 22.669 contre 22.673 en 2010. Il représente 43,9 % du nombre total d'hospitalisations en 2011 (51.601). Une augmentation des hospitalisations de jour a cependant été notée au sein de services spécifiques: pédiatrie, chirurgie ORL, cardiologie, chirurgie abdominale et pédiatrique, obstétrique et médecine prénatale. Le nombre de consultations (hors urgences) est passé de 274.032 en 2010 à 277.041 en 2011, soit une hausse de 1,1 %.

X
 

 

 

Le nombre de consultations a légèrement augmenté de 1,1 %

Consultations

En chiffres absolus, les services suivants ont enregistré un accroissement des consultations: pédiatrie, obstétrique et médecine prénatale, à nouveau la clinique du diabète et la chirurgie ORL. La durée moyenne du séjour reste pratiquement la même : 6,8 jours en 2011 contre 6,9 jours en 2010.

Légère augmentation des prestations techniques

Prestations techniques

Le nombre de prestations techniques (hors bloc opératoire et biologie cliniquez) s'est élevé en 2011 à 874.625, soit une légère hausse de 1,2 % par rapport à 2010.

X

Quelques constatations

  • Le nombre de dialyses high care (chroniques et aiguës) a augmenté de 7 % pour passer de 12.138 à 12.984 dans le service néphrologie. En y ajoutant les 856 dialyses en médecine intensive, la hausse s'élève à 12,2 %. Le nombre de dialyses low care a augmenté de 2 % pour passer de 5.371 à 5.477 (low care UZ Brussel: -2,9 %, antenne low care à Portaels Vilvoorde: +8,9 %).
  • En médecine nucléaire, le nombre total d'examens a diminué de 2,7 % pour passer de 10.520 à 10.233. Le nombre de PET-scans baisse de 3,3 % et passe de 3.287 à 3.178.
  • Le nombre de traitements radiothérapeutiques a augmenté de 14,5 % pour passer de 1.272 à 1.457, dont 1.110 ont été pratiqués à l'UZ Brussel et 347 à l'antenne de l'ASZ Aalst.
  • Le nombre d'examens radiologiques a diminué de 3,1 % pour passer de 181.161 à 175.504. Il s'agit d'une baisse de la radiologie classique (7,9 %) et des examens CT (-1,8 %). Le nombre d'examens IRM a augmenté de 6,7 %, le secteur de l'angiographie a connu une augmentation de 9,3 % et les échographies ont progressé de 6,4 %.
  • Pour le programme de soins de pathologie cardiaque, les évolutions suivantes ont été constatées: cathétérismes cardiaques interventionnels +1 % (de 1.061 à 1.072), examens électrophysiologiques +2,8 % (de 1.038 à 1.067) et nombre d'interventions (sans ballonnet) +6,6 % (de 304 à 324).
  • Les prestations de médecine physique et de revalidation ont diminué de 2,3 %.
  • Le nombre d'accouchements a augmenté de 5,1 % pour passer de 2.290 à 2.406.
  • Au Centre de Médecine Reproductive (Centrum voor Reproductieve Geneeskunde - CRG), le nombre de ponctions d'ovocytes a augmenté de 4,2 % (de 4.761 à 4.959). Les activités du CRG au Koweït en collaboration avec le Royal Hayat Hospital ne sont pas comprises dans ces chiffres.
  • Le nombre de patients conventionnés à la clinique du diabète a augmenté de 15,2 % (de 2.710 à 3.123).
X

Construire des ponts

Construire des ponts

Aujourd'hui, le mot d'ordre de tout hôpital qui se respecte est de placer le patient au centre des soins. L'UZ Brussel a connu un développement, une croissance et un rayonnement énormes depuis ses débuts en 1977. En 2007, l'année de ses 30 ans d'existence, a débuté un processus de changement à long terme qui doit déboucher, en 2021, sur un hôpital entièrement renouvelé. Au cours de ces 10 dernières années, la société, les soins de santé, le patient et le prestataire de soins ont également changé dans les domaines les plus divers, et l'UZ Brussel en tient dûment compte. Mieux encore, il les anticipe.

L'UZ Brussel a connu un développement

′Architecture de soins′

L'UZ Brussel lance un grand nombre de projets de construction qui élargissent le complexe hospitalier existant et le réorganisent en un environnement hospitalier moderne et logique qui répond aux besoins des patients ET des prestataires de soins d'aujourd'hui et de demain. Le Plan d'aménagement offre le cadre d'aménagement pour l'exécution du Plan de Soins Stratégique. Dans ce Plan, approuvé en 2009 par la Région flamande, l'UZ Brussel décrit sa vision et sa stratégie de développement concernant les soins de santé, aujourd'hui et à l'avenir. Un certain nombre de projets de construction concrets découlent de ce Plan Ils donneront forme au futur UZ Brussel sur la base du concept "Architecture de soins". Ce concept recouvre la prise en charge du patient, celle du prestataire de soins et celle de l'environnement. L'opération globale des projets de construction sera subdivisée en deux grandes phases: VIPA 1 et VIPA 2. EN 2011, une demande a été déposée auprès de la Région flamande pour la subsidiation des projets de construction de VIPA 1.

X

Le Plan d'aménagement prévoit 4 grands éléments de construction

  1. Le doublement du volume du bloc médico-technique existant
  2. La construction temporaire pour le service des urgences
  3. Un bâtiment repère où les locaux administratifs sont centralisés
  4. Une construction temporaire pour le centre d'oncologie

Le Plan d'aménagement prévoit 4 grands éléments de construction

Via le Plan d'aménagement, l'UZ Brussel œuvre à une infrastructure de soins encore plus efficace. Toutefois, le renouveau et l'amélioration résident également dans l'organisation des soins proprement dits. Un exemple éloquent en est la nouvelle clinique du diabète, officiellement inaugurée en 2011.

X

 

Une nouvelle clinique du diabète centrée sur le patient

Une nouvelle clinique du diabète centrée sur le patient

Un Belge sur 12 souffre de diabète, soit 610.000 Belges entre 20 et 79 ans. Le diabète de type 2 prend des proportions épidémiques à travers le monde, et sans aucun doute aussi à Bruxelles, la ville la plus cosmopolite de Belgique. C'est pourquoi en 2011, l'UZ Brussel a ouvert la première clinique du diabète intégrée en Belgique. Le traitement classique du diabète au sein d'un hôpital est complexe et morcelé. Or, les patients diabétiques ont plus que jamais besoin d'un traitement sur mesure qui tient compte de la diversité culturelle, notamment à Bruxelles. Presque toutes les disciplines qui touchent au diabète travaillent ici au sein d'une nouvelle infrastructure unique. En réunissant toutes les disciplines au sein d'une organisation et d'une infrastructure uniques, la concertation pluridisciplinaire "face to face" devient possible, l'expertise est affinée et la recherche optimisée.

X

De nouvelles technologies font sans cesse leur entrée, au niveau des logiciels comme des appareils médicaux. L'UZ Brussel garde donc toujours à l'esprit le fait que la technologie doit représenter une amélioration perceptible pour le patient, les soins et le prestataire de soins. Deux exemples.

Technologie au service du patient

Le premier scanner CT ultra low dose (faible dose) au monde

Le premier scanner CT ultra low dose au monde a été mis en service à l'UZ Brussel en 2011. Celui-ci combine, pour la première fois dans l'histoire de l'imagerie médicale, une qualité d'image adéquate avec une très faible dose d'irradiation. Il y a quelques années encore, l'imagerie avec un CT-scan allait de pair avec les doses d'irradiation les plus élevées de la radiologie. Ceci était nécessaire pour pouvoir établir un diagnostic correct. Il fallait toujours alors rechercher un équilibre entre qualité d'image et dose d'irradiation. Ce n'est que depuis peu que les ordinateurs sont suffisamment rapides pour traiter toutes les informations du patient nécessaires à cette fin. En collaboration avec le fabricant du scanner CT ultra low dose, le service radiologie de l'UZ Brussel a mené une étude sur les images CT à faible dose. Le scanner à faible dose est d'abord utilisé pour les enfants, les jeunes adultes et les femmes enceintes.

Moins de décès grâce à l'Electronic modified Early Warning Score

L'UZ Brussel a mis au point un outil électronique afin de réagir plus rapidement aux changements des fonctions vitales des patients. Grâce à ce logiciel, les complications graves peuvent être prévues et il possible de commencer un traitement à temps afin de les éviter. L'utilisation de ce logiciel peut faire chuter le nombre de décès et de complications d'au moins 10 %. Les modifications des fonctions vitales passent souvent inaperçues ou ne sont perçues que trop tard, leur gravité est sous-estimée ou les connaissances et l'expérience manquent pour réagir de manière adéquate. Si les valeurs des fonctions vitales sont encodées dans le dossier électronique du patient par le médecin ou l'infirmier, le programme calcule automatiquement un score de 1 à 6. Plus ce score est élevé, plus les prestataires de soins doivent réagir rapidement. Ceci permet souvent de réagir avant même que le patient même ressente le problème. Après avoir testé en profondeur l'early warning score sur deux unités de soins en 2010, son utilisation a été introduite en 2011 dans l'ensemble de l'hôpital pour les adultes.

Le premier scanner CT ultra low dose (faible dose) au monde
X

Un management de qualité et la sécurité du patient constituent le fil conducteur de la politique de l'UZ Brussel. Le patient comme le prestataire de soins doivent, en effet, pouvoir séjourner à l'hôpital dans les meilleures conditions de sécurité avec un risque d'erreur aussi réduit que possible.

Sécurité des patients et qualité des soins

Sécurité des patients et qualité des soins

Tout le personnel de l'hôpital est directement ou indirectement concerné par la sécurité du patient. Il n'y a pas que le personnel médical et infirmier qui doit adopter un comportement sûr : lors de la préparation des repas, de l'administration des médicaments, des analyses de laboratoire, de l'entretien et de l'utilisation du matériel, de la réalisation des tâches administratives, ... des erreurs peuvent se produire et (éventuellement) causer des dommages. Il est donc important que chacun puisse signaler tout type d'incident. C'est pourquoi l'instrument électronique de déclaration VIKA (Vragen-Incidenten-Klachten-Aanbevelingen c'est-à-dire Questions-Incidents-Plaintes-Recommandations) est accessible à tous et subdivisé en différentes catégories d'incidents. En 2011, 3 nouveaux types ont été ajoutés aux catégories existantes, à savoir: la sécurité relative à la médication, les situations peu sûres et les autres types d'incidents (formulaire de déclaration général). Chaque incident est contrôlé par l'un des praticiens désignés, des mesures étant prises si nécessaire pour éviter qu'il ne se reproduise.

Cette charge de travail supplémentaire nécessite parfois d'élargir le nombre de praticiens. En 2011 ceci a été le cas pour le traitement des déclarations d'agression qui concernent généralement des membres du personnel. Les membres du comité VIKA gèrent le système et mènent des campagnes pour encourager son utilisation. Plus le nombre d'incidents signalés est élevé, plus on peut agit de manière préventive'. Pendant les "14 jours de la sécurité du patient" en novembre 2011, un programme d'information a été organisé pour la cinquième fois. Un projet pilote dénommé "rondes de sécurité" a complété cette activité. Au cours d'une telle ronde, par exemple, les responsables de la gestion vont vérifier dans les unités de soins si les procédures de sécurité existantes (p.ex. le port du bracelet d'identité ou le lavage des mains) sont respectées. L'application vaut pour la totalité de l'hôpital et dépasse donc les frontières des départements. Les réactions au niveau des unités de soins ont été essentiellement positives. Les rondes de sécurité recevront une forme fixe en 2012. Les unités de soins seront visitées deux fois par an, les autres services une seule fois.

X

 

La safe-surgery checklist a également été introduite en 2011. Sur la base d'une checklist, qui est disponible électroniquement, l'anesthésiste, l'infirmier et le chirurgien doivent contrôler expressément, avant chaque intervention, un certain nombre de données comme l'identité du patient, la présence du matériel et la zone d'opération correcte.

En 2011, des campagnes d'information ont aussi été régulièrement organisées

C'est à partir de la même préoccupation que le tracing sanguin a été introduit en 2010. La totalité du trajet qui va de la commande à l'administration est suivie électroniquement au sein de la Station de Travail Clinique, ce qui réduit le risque d'erreurs et permet de mieux détecter les erreurs éventuelles dans cette procédure. Le nombre d'incidents signalés est passé de 92 en 2010 à 20 en 2011. Ce progrès peut être notamment attribué à la mise en œuvre du tracing sanguin.

La sensibilisation est importante

De même, la sensibilisation à la sécurité du patient, tant des patients que des prestataires de soins, a sa place sous le dénominateur "soins de qualité et sécurité du patient". Au cours de la "Semaine de la Sécurité du Patient", en novembre 2011, l'attention de tous les collaborateurs a été attirée sur l'importance de la sécurité du patient par des stands d'information placés au niveau du restaurant du personnel, la projection d'un montage de 30 témoignages de membres du personnel sur la sécurité du patient, avec débat à la clé, et un "After-work drink", placé sous le signe de la sécurité du patient. Les rondes de sécurité déjà mentionnées s'inscrivent aussi dans ce cadre. Le journal mensuel du personnel consacre régulièrement son attention à ce sujet. L'attention des patients est également attirée sur l'importance de veiller à leur propre sécurité, notamment par la mention évidente de conseils dans la brochure d'accueil rénovée.

En règle générale, l'UZ Brussel intensifie par ailleurs ses efforts d'informations en direction des patients. Via le site internet, des dépliants et des brochures de nature générale, ainsi que des dépliants portant sur les services et la pathologie, l'hôpital tente de fournir des réponses aux patients informés et critiques d'aujourd'hui.

En 2011, des campagnes d'information ont aussi été régulièrement organisées, comme pendant la "Semaine du Diététicien" (mars) dans la polyclinique de Dilbeek sur une "alimentation saine et une attitude raisonnable face à la boisson", la "Journée mondiale du Rein" (10 mars), le dépistage gratuit chez les étudiants du risque de maladies du cœur, des vaisseaux et des reins, les séances d'information du "European Heart Failure Awareness Day" (7 mai), les stands d'information, les conseils sur le mouvement, l'arrêt du tabac et le stress et la mesure gratuit de la pression sanguine, du tour de taille et du poids, au cours de la "Semaine du Cœur" (septembre), des informations sur les symptômes, les options de traitement et la vie après un infarctus du myocarde et au cours de la "Semaine du Prématuré" (novembre), des informations sur les problèmes en cas de naissance avant terme.

 
X
Une accréditation confirme l'aptitude et la fiabilité

Qualité des soins

Un moyen que l'UZ Brussel introduit également pour placer le patient au centre des soins et poursuivre encore l'amélioration des soins consiste en les trajets de soins, ou itinéraires cliniques. Un trajet de soins consiste en la description du trajet complet qu'un patient parcourt avec un syndrome spécifique dans l'hôpital, à savoir du diagnostic au traitement, et cela à l'intérieur comme à l'extérieur de l'hôpital. Un itinéraire clinique peut faire en sorte que l'hôpital puisse enchaîner encore plus efficacement sur le généraliste et qu'après l'hospitalisation, le généraliste puisse enchaîner immédiatement sur la base du compte-rendu de l'hôpital. Le service informatique de l'UZ Brussel a développé un logiciel qui permet d'intégrer des trajets de soins dans la Station de Travail Clinique. En 2011, les itinéraires cliniques pour l'insuffisance cardiaque et le cancer du rectum ont été élaborés.

Différents aspects des soins de qualité de l'UZ Brussel ont reçu une reconnaissance externe en 2011. C'est ainsi que le Centre de Médecine Reproductive (CRG- Centrum voor Reproductieve Geneeskunde) a reçu une agréation de l'Agence fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) en tant que banque de matériel humain. La banque de cellules-souches hématopoïétiques a reçu, quant à elle, une accréditation du Joint Accreditation Committee-ISCT Europe (JACIE) qui surveille les normes standard pour la transplantation de cellules-souches. Enfin, le service dea division Pathologie moléculaire et le laboratoire ADN du Centre de Génétique médicale (CMG : Centrum voor Medische Genetica) ont reçu l'accréditation BELAC (Système BELge d'ACcréditation).

Qualité des soins
X

Travailler ensemble et Coopérer

L'UZ Brussel a mis sur pied depuis plusieurs années des coopérations avec de nombreux autres hôpitaux et établissements de soins.

A partir du réseau PGD (Pre-implantatie Genetische Diagnose), nous avons uni nos efforts à ceux de L'UZ Leuven et le Heilig Hart Ziekenhuis Leuven, l'université de Louvain-La-Neuve et l'AZ Jan Palfijn à Gand.

Comme prévu dans l'accord d'association de radiothérapie avec l'ASZ Aalst, le service de radiothérapie UZ Brussel-campus Aalst a été ouvert début 2011 à l'ASZ Aalst.

L'UZ Brussel est aussi resté actif sur le plan international. En 2011, la clinique satellite du Centre de Médecine reproductive (CRG) de l'UZ Brussel a aussi tourné à plein régime au Royal Hayat Hospital au Koweit.

Travailler ensemble et Coopérer

La coopération couvre aussi les relations avec les établissements de formation. Pour l'UZ Brussel, ceci est très important en tant qu'hôpital universitaire, caroutre les Soins et la Recherche, l'Enseignement fait également partie de de ses trois tâches principales. La coopération avec la Vrije Universiteit Brussel, dont l'UZ Brussel fait partie, et son partenaire allié, la Haute Ecole Erasme de Bruxelles, a encore été renforcée en 2011 avec l'installation d'un groupe de travail au sein du nursing. ‘Nursing op de campu's est une commission d'experts qui rassemble le groupe nursing de l'UZ Brussel, la Haute Ecole Erasme de Bruxelles et la Vrije Universiteit Brussel en une plateforme de concertation. L'idée est qu'ensemble, on peut obtenir beaucoup plus que chacun séparément. Cette commission d'experts fait en sorte que l'UZ Brussel, la Haute Ecole Erasme de Bruxelles et la Vrije Universiteit Brussel puissent être mieux perçus à l'extérieur. C'est ainsi que des étudiants potentiels peuvent être encouragés à suivre une formation dans la Haute Ecole et à l'Université, et que des travailleurs infirmiers potentiels peuvent être amenés à opter pour une carrière dans l'hôpital. Cette coopération intensifiée a également débouché sur le développement d'un nouveau groupe de travail de recherche scientifique infirmière et l'organisation de séminaires mensuels. Le but est d'inspirer à la fois les étudiants et les collaborateurs à faire de la recherche dans le domaine infirmier.

X
 

L'UZ Brussel à l'écoute du patient

L'UZ Brussel à l'écoute du patient

L'UZ Brussel est entièrement axé sur des soins optimaux au patient. Il est donc important qu'il écoute régulièrement ce que celui-ci pense personnellement des soins offerts. L'UZ Brussel le fait déjà depuis plusieurs années en étant parmi les 10 hôpitaux flamands à participer notamment à une enquête semestrielle sur la satisfaction du patient. De nombreux indicateurs ont été scrutés, depuis l'avis sur le séjour à l'hôpital en général, jusqu'à des aspects plus particuliers comme l'accessibilité, la chambre, les repas, le calme dans le service et la surveillance médicale après une hospitalisation.

Dorénavant, l'UZ Brussel participera au projet Quality Indicator, une initiative à laquelle la quasi-totalité des hôpitaux flamands participent et dont les indicateurs de qualité ont été élaborés en collaboration avec la Vlaams Patiëntenplatform.

La loi d'octobre 2012 relative aux droits des patients prévoit que chaque hôpital dispose d'un service de médiation indépendant auquel un patient puisse adresser une réclamation. Bien que ceci soit indépendant de l'enquête sur la satisfaction des patients, il est clair que les réclamations peuvent aussi indiquer des points d'amélioration possibles dans les soins dispensés à l'hôpital. Le service de médiation de l'UZ Brussel est affilié à la Vlaamse Vereniging Ombudsfunctie van Alle Zorgvoorzieningen (VVOVAZ). Chaque année, la VVOVAZ prévoit un benchmarking sur une base volontaire.

Pour les réclamations de 2011, 28 hôpitaux ont participé à l'enregistrement. En 2011, il est apparu que les patients de l'UZ Brussel accèdent de plus en plus facilement au service de médiation. L'hôpital fait aussi lui-même des efforts à ce sujet en publiant des informations sur ce service sur son site internet, en diffusant des dépliants sur les droits des patients aux guichets d'accueil et en signalant clairement le service. Au total, le service de médiation a traité 1010 dossiers en 2011, dont 561 réclamations.

l'UZ Brussel participera au projet Quality Indicator

Les autres dossiers consistaient principalement en des demandes d'informations et de conseils. 38% des réclamations sont liés à la qualité des soins et surtout aux traitements médicaux. Une comparaison avec les hôpitaux participants montre que l'UZ Brussel enregistre des progrès. Le système d'enregistrement montre que le nombre moyen de réclamations en relation avec la qualité des soins au cours d'une hospitalisation est de 57%. En 2011, les patients ont encore trouvé trop souvent qu'ils disposaient de trop peu d'informations concernant le coût d'une hospitalisation et que leur vie privée à l'hôpital n'était pas toujours respectée. Nous travaillerons sur ces points.

Interview
 
 
Jouer

Prof. dr. Thierry Scheerlinck,
chirurgien orthopédique et nouveau chef de service:

"Les patients apprécient qu'une opération orthopédique les aide immédiatement"

"Pour moi, 2011 a été une année de grandes adaptations. Ma nouvelle fonction comme chef du service orthopédie et traumatologie est un véritable défi. L'organisation du service, les cours magistraux et surtout les aspects liés au personnel ont été une nouvelle aventure. Je m'aperçois aujourd'hui vraiment de la pression qui a pu être celle de mon prédécesseur, le Pr Casteleyn (rires). Par moments, cette pression est plus lourde que je ne l'avais estimée, mais je peux compter sur une jeune équipe, très chouette. Il est fantastique de voir comment des collaborateurs peuvent se s'épanouirr et se sentir chez eux dans le service. Le défi d'une fonction médicale est quelque chose que j'ai toujours apprécié. En tant qu'étudiant de dernière année, je suis parti cinq mois au Zimbabwe. Cela a été une expérience enrichissante.

Prof. dr. Thierry Scheerlinck
 
X
 

Une expérience enrichissante

Le district du Kariba où je travaillais a une superficie équivalente à celle de la moitié de la Belgique et il n'est donc pas évident d'accéder aux gens. Chaque déplacement entre les cliniques ressemblait parfois à un safari. Trois médecins seulement travaillaient là et ils étaient plus que surchargés. Les défis étaient énormes... Une chose finalement difficile pour moi était le fait que comme médecin, il arrivait souvent que l'on ne dispose pas des moyens nécessaires pour aider les gens. Ce sentiment d'impuissance était frustrant. C'est pourquoi je n'ai pas poursuivi mon idée de faire la médecine tropicale. Finalement, j'ai découvert l'orthopédie comme spécialisation à l'hôpital Saint Pierre.

Ce qui m'attire tant ici est le fait de pouvoir aider les patients directement et efficacement. Vous exécutez une opération et vous avez aidé le patient directement. Cette approche crée un lien spécial. Cela procure beaucoup de satisfaction. Pourquoi j'aime travailler ici?... Eh bien, la grande plus-value de l'hôpital est l'ouverture des gens qui travaillent ici dans leurs relations mutuelles et c'est cela qui caractérise la VUB. On le perçoit aussi dans l'étroite collaboration sur le plan scientifique entre les services d'orthopédie, de radiologie et d'anatomie. Grâce à ces bonnes relations de travail, il est possible de lancer des projets qui ailleurs sont souvent difficiles à mettre sur pied. Et ceci ne peut que profiter aux patients..."

Prise
en charge

de l'etudiant
et du chercheur

X

La recherche scientifique

En tant qu'hôpital universitaire, la recherche, à côté des soins et de l'enseignement, est l'une des trois tâches fondamentales. Via le Conseil de recherche du centre médical universitaire (UMCOR), une fusion des groupes de recherche scientifique de la Vrije Universiteit Brussel et de l'UZ Brussel, la recherche est stimulée.

Une production scientifique accrue

Le nombre d'articles scientifiques publiés continue à augmenter. Entre 2005 et 2010, celui-ci est passé de 208 à 423. Lors de la clôture de ce rapport annuel, les chiffres de 2011 n'étaient pas encore connus.

Samuel Bral a écrit une thèse de doctorat consacrée à la "Radiotherapy in non-small cell lungcancer: is the only way up?" tandis qu'Evy Vandemeulebroucke a traité de la "Preservation of Functional Beta Cell Mass, Assessed by Hyperglycaemic Clamp, in Human Type 1 Diabetes".

Deux exemples de la manière dont les résultats de la recherche profitent aux patients

Radiothérapie de haute précision: un traitement potentiel pour les métastases du cancer de l'intestin

A l'UZ Brussel, une étude pilote a été exécutée avec succès pour traiter par une radiothérapie de haute précision le cancer de l'intestin chez des patients qui n'entraient plus en ligne de compte pour une opération ou une chimiothérapie. Près de la moitié des patients a présenté une diminution totale ou partielle de la maladie et plus de 85% vit encore un an après le traitement. Après le cancer du poumon, le cancer de l'intestin est la cause la plus importante de mortalité par le cancer.

L'UZ Brussel est le premier en Belgique à utiliser un narcotique plus sûr pour les patients qui ont une fonction ventriculaire diminuée

L'UZ Brussel a été le premier hôpital en 2011 en Belgique à utiliser le gaz xénon comme anesthésique pour des opérations. Une anesthésie générale est accablante pour chacun. Pour les patients à la fonction ventriculaire gauche et droite fortement diminuée, ceci est encore plus vrai. Une intervention chirurgicale peut désormais se dérouler de manière plus sûre pour ceux-ci grâce au gaz xénon. Celui-ci a en effet un effet spécifique de soutien de la pression sanguine et n'a aucune influence négative sur la contraction du muscle cardiaque.

X

Vitrine de trophées

Top employers 2011

Le Pr émérite Paul Wylock lauréat du prix d'histoire de la médecine

C'est en 2010 qu'a paru l'ouvrage "The Life and Times of Guillaume Dupuytren, 1777-1835", consacré au talentueux chirurgien français de la main. Pour son livre, le Pr Wylock a reçu en 2011 le "Prix de l'histoire de la médecine, période 2005-2010"décerné par l'Académie royale de Médecine de Belgique.

Le Dr Wendy Werckx, vainqueur de la meilleure présentation

Le Dr Wendy Werckx du service neuropédiatrie a reçu cette année le prix de la meilleure présentation de la Belgian Society of Pediatric Neurology. Elle a obtenu ce prix pour son exposé sur le suivi et l'évolution d'enfants nés prématurément.

L'équipe de la clinique d'apprentissage reçoit le BNP Paribas Fortis Foundation Award

L'objectif de la clinique d'apprentissage est de maximaliser les chances de réussite et de développement d'enfants qui connaissent des problèmes d'apprentissage. Pour cette mission, l'équipe a reçu en 2011 le BNP Paribas Fortis Foundation Award pour la région de Bruxelles. Son projet était l'un des 3 à être retenus parmi une liste de 100 candidats.

Meilleur ouvrage médical de l'année

En 2011, la British Medical Association a décerné le prestigieux Medical Book Award à la publication "Medical thorascopy/pleuroscopy: manual and atlas". L'un des co-auteurs de cet ouvrage de consultation est l'administrateur délégué, le Pr Marc Noppen, également pneumologue renommé.

Le poste de travail clinique (PTC) de l'UZ Brussel obtient le label "Stage 6"

La PTC de l'UZ Brussel a reçu de la Healthcare Information & Management Systems Society (HIMSS) le label "Stage 6". 7 niveaux (du "stage 0" au "stage 7") correspondent au degré d'automatisation au sein des hôpitaux. Les hôpitaux "Stage 6" ont un support presque complet du dossier médical électronique et infirmier, tant sur le plan statique que sur le plan dynamique, et fonctionnent pour ainsi dire sans papier. L'UZ Brussel a obtenu le "Stage 6" et est ainsi le seul hôpital de Belgique sur ce plan.

L'UZ Brussel à nouveau "Top Employer" en 2011

L'UZ Brussel a obtenu en 2011 pour la 3ème année consécutive le label "Top Employer", décerné par la Corporate Research Foundation. Cette reconnaissance est précédée d'une recherche objective menée par un groupe d'experts sous la direction du Hay Group.

X

L'équipe de la clinique d'apprentissage

Reçoit le BNP Paribas Fortis Foundation Award

X

L'enseignement, un pilier essentiel

L'Enseignement, les Soins et la Recherche forment les trois piliers de l'action de l'UZ Brussel. Pour pouvoir exécuter ces tâches fondamentales, l'hôpital travaille en étroite collaboration avec la faculté de Médecine et de Pharmacie de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) sur le campus vert de Jette. Cette coopération est encore renforcée au sein du Centre médical universitaire / Campus médical universitaire (UMC). De même, la division soins de santé de la Haute Ecole Erasme de Bruxelles (EhB), qui fait également partie du campus de Jette, entretient d'étroits contacts avec l'UZ Brussel, y compris dans le cadre de la collaboration pour l'enseignement supérieur qui existe déjà entre la VUB et l'EHB au sein de l'Universitaire Associatie Brussel (UAB).

Qualité de l'enseignement

L'UZ Brussel propose toutes les formations de l'enseignement supérieur (para)médicales, pharmaceutiques et biomédicales sur ce campus, tant l'enseignement clinique général que la formation continue (médecin spécialiste), outre des formations permanentes pour spécialistes, généralistes et autres personnels paramédicaux. L'offre en soins normo-spécialisés dans toutes les disciplines, la pollinisation croisée entre activités scientifiques et cliniques et le développement d'activités de pointe ainsi que l'étroite collaboration au sein de l'Universitaire Associatie Brussel offrent les garanties nécessaires pour la qualité de cet enseignement. Le profil de compétences et d'expertise des enseignants et de l'établissement est en outre garanti par leur intégration académique.

Toutes les formations (para)médicales sur le campus sont de plus en plus axées sur l'offre d'ensembles contextuels de connaissances, d'aptitudes et d'attitudes, intégrés dans le fonctionnement professionnel. L'apprentissage contextuel est, autrement dit, la notion clé.

Apprendre ′comme en réalité′

Le travail "comme en réalité" est enseigné systématiquement tant à l'aide de stages préparatoires, assurés par l'UZ Brussel, que d'exercices dans le Skillslab. Le Skillslab est un ensemble unique de gadgets technologiques et de connaissances cliniques, soutenu par l'UZ Brussel. Le "Clinical Skills and Simulation Center" est coordonné et dirigé à partir du groupe spécialisé Soins Critiques, plus précisément par les titulaires et les enseignants des éléments de formation Aptitudes Médicales. Son ouverture officielle en 2011 a fait l'objet d'une grande attention des médias.

Le sommet de cet enseignement réaliste se retrouve naturellement dans les masterstages de médecine. Ceux-ci sont considérés comme les masterstages de médecine les plus élaborés de toutes les formations médicales en Flandre. C'est au cours de ces stages que doit se faire le passage de la théorie à la pratique et que sont acquises les aptitudes et les attitudes qu'un médecin utilisera toute sa vie durant. L'UZ Brussel offre ici un soutien indispensable par l'offre de places dans tous ses services. Mais inversement, les stages soutiennent aussi l'hôpital. Le défi du recrutement est devenu en effet moins aigu en 2011, étant donné que de nombreux étudiants accèdent à un emploi à l'UZ Brussel.

X

Le Skillslab

Est un ensemble unique de gadgets technologiques et de connaissances cliniques

X

L'enseignement, un pilier essentiel

Tous ces stages et exercices pratiques ne peuvent bien entendu pas avoir lieu sans un accompagnement intensif à partir des services dans lesquels ils sont proposés. Cet accompagnement est organisé de la manière la plus efficace possible, avec une grande attention portée à l'orientation des étudiants.

Le processus d'apprentissage est formalisé, en concertation et en coopération avec les chefs de service et tous les accompagnateurs concernés, par le développement d'aperçus des connaissances et des aptitudes qu'un médecin de base doit posséder à la fin de ses études et de ses stages. L'accompagnement est aussi adapté en permanence.

Continuer à apprendre

Sur le plan de la formation des formateurs, la VUB donne aujourd'hui déjà la possibilité à ses membres qui sont concernés par les activités d'enseignement de suivre diverses formations et études sur le campus de Jette, organisées par la cellule Gestion de la qualité et Innovation de l'enseignement. Des enseignants et des assistants frais émoulus, on attend qu'ils participent à un cours de professionnalisation de l'enseignement.

Dans celui-ci, les enseignants débutants sont confrontés à une analyse critique de leur propre style d'enseignement. Ces deux formes de surveillance de la qualité ont été très appréciées par la commission de visitation de formation des médecins en Flandre, ce qui a débouché sur une très bonne évaluation de l'accompagnement des stages.

Les masterstages de médecine les plus élaborés de toutes les formations médicales en Flandre.

ManaMa

Outre les stages des étudiants de maîtrise en médecine, l'UZ Brussel assure également l'enseignement des médecins spécialistes en formation. Depuis l'année académique 2009-2010, la formation Master na Master (ManaMa) en médecine spécialisée est organisée au sein des universités flamandes et en étroite collaboration avec le secteur professionnel. Pendant cette formation, le médecin-spécialiste acquiert des compétences génériques et spécifiques qui sont caractéristiques pour le cadre spécifique dans lequel il ou elle exercera sa profession.

Comme cadre de référence pour cette formation, on travaille avec les modèles de rôle CanMed (modèles de rôle basés sur les compétences professionnelles du médecin-spécialiste). Au sein du Vlaamse Interuniversitaire Raad, les maîtres de stage universitaires de l'UZ Brussel ont collaboré à la détermination de compétences finales dans les différentes orientations de fin d'études et à l'opérationnalisation du programme pédagogique.

L'UZ Brussel propose un éventail d'expertises qui est largement suffisant pour couvrir toutes les disciplines et sous-disciplines de la médecine spécialisée. Les maîtres de stage universitaires sont des membres du personnel (universitaire) indépendant de la Vrije Universiteit Brussel (à plein temps ou à temps partiel) et sont des spécialistes reconnus aux plans national et international dans leur domaine de spécialisation. Outre leurs qualités pédagogiques, ils ont été sélectionnés sur la base de leur dossier de recherche et de leur expertise professionnelle sur le plan des soins aux patients.

L'UZ Brussel et les formations médicales de la faculté de Médecine et de Pharmacie de la VUB se complètent parfaitement en d'autres termes.

Interview
 
 
Jouer

Prof. dr. Bart Neyns,
chercheur et chef de la division oncologie médicale:

"Nous pouvons faire la différence entre la vie et la mort "

"Le fait le plus important de 2011? Pour moi, cela a été le succès de la thérapie cellulaire dendritique propre au corps. Celle-ci a été développée pour les patients atteints un mélanome avancé. Sur les 15 patients que nous avons traités dans une première étude, cinq vont déjà mieux depuis plus d'un an. Sans que le traitement soit poursuivi. Cette recherche a été précédée par 10 années de développement de thérapie cellulaire dendritique et l'avenir nous offre encore de belles perspectives. Une fois que l'INAMI aura signé la convention avec l'UZ Brussel, nous pourrons obtenir une intervention financière pour nos patients. De cette manière, nous pourrons travailler sur une plus grande échelle.

Prof. dr. Bart Neyns
 
X
 

Vous étudiez vraiment pour pouvoir aider les gens

Si les résultats de cette thérapie cellulaire propre au corps sont confirmés, nous pourrons faire la différence entre la vie et la mort pour de nombreuses personnes. Avec le Pr Kris Thielemans, nous gérons la banque de cellules dendritiques ici à l'UZ Brussel. Celle-ci forme la base du développement de la thérapie. Cela signifie aussi que la recherche proprement dite ne peut pas être séparée de la VUB où j'ai moi-même suivi ma formation.

Spécifiquement, je suis venu à l'oncologie grâce à un mandat d'aspirant du Fonds flamand de la Recherche scientifique. Au cours de mes études moyennes, les cours de génétique et de biologie moléculaire m'intéressaient déjà. Franchir l'étape qui conduit à une formation supérieure en médecine n'était donc pas tellement ardu. C'est là que j'ai également vérifié que l'aspect humain de mes études était important. Vous étudiez vraiment pour pouvoir aider les gens.

Au cours des deux dernières années de cette formation de médecin, je ne savais pas exactement quelle orientation je voulais suivre. Jusqu'à ce que je reçoive la proposition de combiner, grâce à une bourse de l'association flamande de lutte contre le cancer "Kom op tegen kanker" via le FWO Vlaanderen, une formation d'interne avec quatre années de recherche scientifique sur l'arrière-plan moléculaire du cancer. Celle-ci a trouvé un prolongement, ces dix dernières années, dans la recherche clinique sur la thérapie cellulaire du mélanome. Le résultat est aujourd'hui ce traitement très prometteur contre le cancer. "

Prise
en charge

du collaborateur

X

HR: pour et par le collaborateur

La clé des ambitions et des réalisations de l'UZ Brussel, ce sont les collaborateurs.

Qui travaille à l'hôpital?

En 2011, l'hôpital comptait un total de 3.345 collaborateurs. Ceux-ci sont des femmes pour la majeure partie. 44,16 % des employées de l'UZ Brussel travaillent à temps partiel. Le groupe le plus important est celui des infirmiers avec près de 41%. Ce qui n'est bien sûr guère surprenant pour un hôpital.

Le profil professionnel des collaborateurs

X

HR-Business partners

Le service Human Resources s'adresse à tous les collaborateurs de l'hôpital, cela va de soi. Le service HR doit donc avoir les personnes qu'il faut à l'endroit qu'il faut pour les divers aspects des services. La motivation, le support et une approche personnelle sont ici des aspects importants. Mais comment une équipe de 24 personnes peut-elle encadrer personnellement 3.345 collaborateurs? C'est à cette fin qu'a été perfectionné, en 2011, outre le centre de service HR qui s'adresse au collaborateur individuel, le concept de HR business partners. Ceux-ci conseillent, servent d'intermédiaires et constituent un point d'information unique. Leur tâche est axée spécifiquement sur l'encadrement de chefs de service dans leurs missions humaines: embauche de nouveaux collaborateurs, coaching de leurs équipes, résolution des problèmes d'organisation. Dans le Centre de Médecine reproductive (CRG), par exemple, les business partners ont encadré en 2011 l'embauche de personnel à Abu Dhabi. A la pharmacie, ils ont fourni des conseils pour la nouvelle structure d'organisation interne. Inversement, les responsables de services peuvent aussi adresser leurs questions et leurs problèmes à leurs business partners.

Human Resources

Human Resources...

L'approche des HR business partners symbolise la direction dans laquelle le service veut s'engager à l'avenir. En examinant attentivement chaque service, chaque problématique, il est possible, par exemple, d'approcher plus efficacement le problème des professions à pénurie. C'est une difficulté à laquelle ont dû faire face tous les hôpitaux au cours des années précédentes. Pour n'en donner qu'une idée, le Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling et Beroepsopleiding, autrement dit le VDAB (pendant néerlandophone de l'ONEM) a publié 8.921 emplois vacants d'infirmiers à la fin de 2011. Il est donc important d'embaucher et de sélectionner les personnes individuellement. L'UZ Brussel obtient un très bon score sur ce plan, l'accès à l'embauche après le stage est une réussite.

X

... et human voices

Mais pour attirer les gens vers une profession à l'UZ Brussel, il faut d'abord les atteindre. La communication est un moyen important pour présenter l'hôpital et les membres de son personnel au monde extérieur. Qui sont-ils? Quels sont leurs atouts? En quoi notre culture est-elle unique? Les six années qui ont précédé, les relations avec les médias ont fortement augmenté. Des efforts sont fournis pour mener une politique d'ouverture vers le monde à l'extérieur de l'hôpital. La politique médiatique intensive en est un exemple. Les magazines réalisés par le service de communication (l'organe trimestriel Muze pour les généralistes et le mensuel UZegt pour les collaborateurs) sont un autre exemple de la transparence visée par l'UZ Brussel.

Il ne s'agit pas seulement, bien entendu, d'embaucher de nouvelles personnes. Une grande attention est également portée à la population active de collaborateurs. Dans un hôpital, il est essentiel que les meilleures personnes remplissent leur fonction avec passion. Et chez les dirigeants, cela compte encore plus. C'est pourquoi une procédure d'évaluation a été introduite pour les chefs des services médicaux. Les chefs de service ont un mandat de cinq ans. Après ces cinq années, un round-up est réalisé avec l'apport notamment de collègues sur leurs capacités de dirigeant et leurs réalisations. Le but est de faire en sorte de que les gens s'améliorent dans leur tâche de dirigeant et de rectifier le tir si nécessaire.

Human Resources

X
Le service Human Resources garantit une approche personnelle à chaque collaborateur

Changements internes

Revenons à présent un instant au service du personnel proprement dit. Y a-t-il eu des changements au niveau interne? Oui, et même dans une mesure non négligeable.. Un nouveau système a été introduit afin de rendre la gestion du personnel plus claire. Le service a également reçu un nouveau look et un environnement de travail ouvert. Il existe un point d'accueil central, complété par plusieurs locaux de travail retirés pour des entretiens plus approfondis et plus discrets. Celui-ci s'inscrit dans l'ambition de service déployée par le service en 2010. Un autre exemple de "porte ouverte" auprès des Human Resources est l'introduction du "Top Desk", une banque électronique de questions et de réponses qui assure un service rapide et correct. Grâce à ce système, il est possible de répondre mieux et plus rapidement aux questions individuelles de membres du personnel, et ce, 24 heures sur 24.

Mais ce n'est pas tout ! D'autres initiatives ont encore été réalisées pour offrir au collaborateur un bon environnement de travail.

En 2011, les médecins en formation ont reçu un nouveau cadre légal qui décrit mieux leurs prestations, leurs heures de travail et de garde, et le temps de formation. Un protocole à ce sujet a été établi avec les médecins et sera suivi ultérieurement.

En concertation avec les partenaires sociaux, une réforme du plan de pension complémentaire a été établie à compter du 1er janvier 2012. Ceci signifie surtout que les nouveaux membres du personnel seront repris dans un nouveau plan complémentaire.

La formation est un point important dans un environnement de soins dynamique. Les collaborateurs reçoivent de nombreuses opportunités de formation tant pour continuer à fournir un travail optimal que pour se développer personnellement. La politique de formation VTO (Vorming, Training en Opleiding) a donc été intensifiée en 2011, notamment par une gamme étendue et diversifiée de possibilités de formations.

Une politique de formation active a été encouragée de manière encore plus intensive dans tout l'hôpital. Exemple: dans le service gestion des patients, des formations qualité ont été organisées au niveau de l'accueil, du français, de l'anglais et du teamcoaching.

Nouveaux chefs de service

2011 a sonné une nouvelle relève de la garde pour les chefs de différents services. Ont été désignés en 2011: prof. dr. Herman Tournaye (Centre de Médecine Reproductive), prof. dr. Anne Hoorens (Anatomo-pathologie), prof. dr. Dirk Michielsen (Urologie), prof. dr. Thierry Scheerlinck (Orthopédie), prof. dr. Maurice Mommaerts (Chirurgie de la bouche, de la mâchoire et du visage), prof. dr. Marc Soens (Revalidation et médecine physique) en prof. dr. Moustapha Hamdi (Chirurgie plastique).

Interview
 
 
Jouer

Jan Van den Abbeele,
transport des patients
et dispatching :

"Ma mère travaille ici aussi"

"2011 a été pour moi une année très particulière parce que je suis allé vivre seul. Il faut s'habituer à s'assumer personnellement. Dans mon job, je fais beaucoup de choses différentes. J'amène les patients de leur chambre aux consultations. A certains moments, j'assure le dispatching du transport et passe régulièrement du temps à la morgue. Cette dernière est moins lugubre qu'il n'y paraît (rires). Je travaille depuis 4 ans à l'hôpital et je suis venu ici sur les conseils de ma mère.

La morgue n'est pas si lugubre

Elle est collaboratrice logistique. Je n'avais pas pensé directement à ce travail, je dois l'avouer, mais je l'aime beaucoup. Comme beaucoup de jeunes, j'aurais aimé devenir footballeur professionnel, mais malheureusement, mes problèmes de genou étaient trop importants. J'aurais aussi trouvé chouette une carrière dans le secteur de la construction. Lorsque je dis que je travaille dans une morgue, les gens s'imaginent beaucoup de choses. A vrai dire, c'est surtout de la paperasserie (rires). Parfois, je dois préparer un corps de manière à ce que les gens puissent venir rendre un dernier hommage à la personne défcédée. Mais ce n'est pas aussi lugubre qu'il n'y paraît."

Jan Van den Abbeele
 

Prise
en charge

de l'avernir

X

Innovations

Sous le dénominateur "Construire des ponts", on a déjà vu comment l'hôpital construit l'avenir via le Plan d'aménagement qui doit conduire à un hôpital totalement renouvelé en 2021.

Cet avenir est aussi préparé par de nombreuses adaptations et corrections qui ne sont pas toujours aussi grandioses, mais sont néanmoins essentielles: depuis les extensions spatiales pour la Néphrologie et la Gastro-Entérologie jusqu'au parachèvement du nouveau laboratoire d'andrologie et de la salle blanche pour le traitement du sperme au Centre de Médecine reproductive (CRG).

C'est en 2011 que la polyclinique renouvelée a été officiellement inaugurée. Non seulement la façade avant a été rénovée et rafraîchie, l'accès de la polyclinique a été rendu plus convivial et l'environnement rendu plus agréable. Pour les patients, différents kiosques ont été installés de manière à se connecter avec la carter eid, afin de ne plus devoir faire la file à l'accueil.

L'activité pré-hospitalisation a été scindée en une pré-hospitalisation administrative, intégrée dans le fonctionnement KIO (Kassa-Inschrijvingen-Opname, c'est-à-dire Caisse-Inscriptions-Hospitalisation) et un fonctionnement de préhospitalisation avec un plus grand accent sur les patients, assuré par des infirmiers. La méthodologie utilisée (kiosques, accueil sur le lieu de travail...) est un modèle pour la méthode de travail qui sera perfectionnée et normalisée à l'avenir. De nouveaux locaux de colonoscopie (examen interne de l'intestin) ont été mis ouverts. En outre, un accueil pour le transport de patients non urgent a été réalisé, ce qui allège le service des urgences et représente une amélioration considérable de la prestation de services aux patients.

En 2011 aussi, on a entamé la construction de la nouvelle aile des soins infirmiers et d'urgence. Outre un espace supplémentaire pour le bloc d'hospitalisation et une extension ainsi qu'une rénovation du service des urgences, le bâtiment comprendra également la comptabilité et le laboratoire du sommeil.

Une polyclinique renouvelée

Un hôpital essaie aussi de fonctionner de plus en plus écologiquement et en économisant l'énergie. C'est pourquoi l'UZ Brussel a entamé en 2011 l'établissement d'un plan de gestion de l'énergie. Différentes pistes seront examinées pour utiliser l'énergie de la manière la plus responsable possible tandis qu'une série de projets d'investissement éventuels avec un effet favorable sur la consommation d'énergie seront étudiés.

En avril, l'hôpital a reçu un nouveau permis de l'Institut bruxellois pour la Gestion de l'Environnement. Par là, il s'engage à respecter des normes d'environnement comme les normes en relation avec le bruit et la pollution. Le domaine de responsabilité du service d'environnement a été étendu dans le cours de l'année par la "gestion des espaces verts", les "eaux résiduaires" et la "mobilité".

X

La gestion des espaces verts, les eaux résiduaires et la mobilité

Les services d'encadrement Infrastructure-Equipement comprennent 3 activités: encadrement de la gestion des locaux, service Environnement-Déchets-Mobilité (MAM) et signalisation hospitalière. Le service d'environnement est dirigé par le coordinateur d'environnement, assisté par 3 opérateurs d'environnement qui sont notamment responsables de l'enlèvement de flux de déchets spécifiques au niveau des services. Grâce à des accords renouvelés et à des procédures adaptées, la partie "déchets recyclés" a pu être portée à 18,4%.

Depuis longtemps, l'hôpital plaide pour un plus grand support de sa mobilité. Il supporte l'installation future de la ligne de tram 9, bien entendu pour autant que son trajet soit efficace pour l'hôpital. Dans l'attente d'un soutien plus important des autorités, l'hôpital a mis sur pied son plan de transport d'entreprise.

Il est important ici de stimuler les collaborateurs à faire du covoiturage, à venir à vélo ou à utiliser les transports en commun par toute une série de primes. Cet encouragement à utiliser un mode de transport plus écologique s'inscrit aussi dans le plan de transport d'entreprise que l'hôpital a actualisé en 2011.

L'hôpital travaille à un plan de gestion de l'énergie

L'UZ Brussel est devenu dans l'intervalle un participant fidèle à la Semaine bruxelloise du transport. En 2011 aussi, il a offert dans ce cadre un petit-déjeuner gratuit à tous les membres du personnel qui ne sont pas venus en voiture le 22 septembre.

Le service d'encadrement gestion des locaux s'est à nouveau investi l'année dernière pour rendre la gestion plus efficace. Un inventaire des locaux de réunion a été établi et peut être consulté via l'intranet, ce qui rend nettement plus simple la recherche en vue de la réservation de locaux de réunion. Dans ce contexte, un projet a également été mis sur pied pour analyser le degré d'occupation des box de consultation, ce qui permet aussi de les utiliser plus efficacement. Un autre projet a été le lancement d'un système d'identification des locaux avec l'attribution d'un numéro unique à chaque local afin de renforcer la communication interne. Ceci jouera aussi un rôle déterminant plus tard dans le contexte du nouveau système ERP. Le développement de ces projets se poursuivra en 2012.

En 2011, des accords ont aussi été passés entre les services logistique (compétence signalisation interne), prévention (compétence signalisation de sécurité) et les services techniques (compétence signalisation externe) pour lancer un nouveau projet global afin d'améliorer la signalisation hospitalière.

X

Gestion des performances

′Travailler plus intelligemment′

En 2011, l'UZ Brussel a poursuivi son travail sur la professionnalisation du fonctionnement de projet et l'efficience du fonctionnement journalier (projet Nexus). L'année dernière, l'accent était placé sur l'introduction des principes "lean" sur le lieu de travail. La méthodologie Lean vient de l'industrie et est synonyme de "travailler plus intelligemment". Son but est, par le biais de (petites) améliorations permanentes, d'augmenter la valeur des prestations pour le patient, le collaborateur et l'organisation. Et, ce qui est essentiel: il ne s'agit pas de travailler plus, mais bien de travailler autrement et d'obtenir ainsi plus.

Gestion des performances
X
Il s'agit de travailler autrement et par là, d'obtenir plus
 

Dans la pratique

D'une part, le personnel a pu en apprendre plus sur ces principes via les formations Nexus. D'autre part, les 5 principes ont été mis en pratique sur deux services pilotes: la pharmacie et l'unité infirmière EH52 (orthopédie et traumatologie), de manière à tester et à analyser l'efficience.

A la pharmacie, un clean desk a été introduit pour l'accueil et l'administration. Celui-ci correspond exactement à ce qu'il implique. Un bureau sans dossiers papier (remplacés par la mémoire de l'ordinateur) et donc un espace de travail calme et ordonné. En outre, on s'est également servi d'un système plus logique pour le stockage et la préparation de la médication, ce qui permet aux collaborateurs de venir retirerrapidement leurs médicaments au niveau de la zone de distribution. Ceci doit améliorer le service au patient et au client interne.

L'unité infirmière EH52 – l'orthopédie – devait affronter une pression de travail trop élevée. C'est pourquoi l'équipe est partie à la recherche des gaspillages dans l'organisation actuelle du service. Ces gaspillages concernent l'espace, les matériaux, le temps et les personnes. Un certain nombre de règles simples ont été introduites, comme l'étiquetage des chariots et des armoires de matériel, de manière à ne pas devoir ouvrir tous les tiroirs pour trouver le matériel approprié. En outre, la checklist à l'entrée et à la sortie a été fortement raccourcie et simplifiée. Dans la zone de médication, des mesures ont été également prises pour simplifier la sélection de la médication correcte et limiter les erreurs au minimum. En outre, un panneau d'amélioration a été installé sur lequel les collaborateurs du service peuvent suggérer eux-mêmes les points à améliorer et les solutions possibles. De cette manière, chacun peut contribuer à rendre le service plus efficient.

Les principes "lean" généraux ont été convertis dans les 5 piliers pour l'hôpital:

  1. Améliorer le vécu du patient
  2. Eviter les gaspillages
  3. Rendre le travail planifiable et créer le calme sur le lieu de travail
  4. Rendre les résultats plus visibles
  5. Scinder les grands problèmes en petits problèmes et améliorer en permanence
X

Technologies de l'information

Les TIC deviennent de plus en plus, dans le secteur de la santé, un instrument extrêmement important pour chaque utilisateur médical. Le service systèmes d'information vise donc en permanence à avoir un impact positif sur l'efficience, la qualité et la fourniture d'informations pour chaque collaborateur, par l'introduction de systèmes intelligents (comme les systèmes d'aide à la décision, les ensembles de commande électroniques, les trajets de soins,...) et par leur adaptation aux besoins du patient et du prestataire de soins.

L'ordinateur comme assistant efficient

Que se passe-t-il lorsqu'un programme informatique intelligent attire l'attention des médecins sur un certain nombre de soins journaliers à exécuter? C'est ce que l'informatique a réalisé en 2011 avec la poursuite de l'introduction et de l'extension du Medical Organizer. Et que se passe-t-il lorsque des infirmiers peuvent gérer eux-mêmes les horaires pour l'examen des patients sur les écrans des services? Ceci a aussi été obtenu par l'informatique avec les "écrans dynamiques" qui offrent la possibilité d'adapter les demandes d'examens médicaux en direct au service.

En 2011, notre station de travail clinique (PTC) a reçu de la Healthcare Information & Management Systems Society un label "stage 6". La HIMSS a développé un modèle d'évaluation informatique au sein des hôpitaux.

Celui-ci comprend 7 niveaux: du "stage 0" au "stage 7". Ces niveaux correspondent au degré d'automatisation à l'intérieur des hôpitaux. Un lien direct est ainsi établi avec la qualité des soins. Les hôpitaux "Stage 6" ont un support quasi-total du dossier médical électronique et infirmier, tant sur le plan statique que sur le plan dynamique, et fonctionnent pratiquement sans papier. L'UZ Brussel est le seul hôpital en Belgique à détenir le label "Stage 6". Au niveau européen, un certain nombre d'hôpitaux sont accrédités "Stage 6": Les Hôpitaux Universitaires de Genève, Universitätsklinikum Hamburg-Eppendorf, Badalona Serveis Assistencials (Barcelone).

La PTC gère les flux d'informations des processus clés d'un hôpital, notamment ceux dans lesquels le patient occupe une place physique centrale. Il est examiné, traité et soigné par un certain nombre de médecins (à l'intérieur comme à l'extérieur de l'hôpital), d'infirmiers, de paramédicaux et de techniciens. Ce n'est qu'avec une bonne orchestration que l'on peut apporter le calme dans ce qui deviendrait rapidement une foire d'empoigne dans le cas contraire. La PTC apporte la partition ; les responsables à chaque niveau donnent la mesure; les personnes sur le lieu de travail jouent la partition qui leur a été attribuée. Finalement, ceci se traduit par des patients qui se rétablissent plus rapidement et qui se savent plus en sécurité s'ils doivent à nouveau se présenter par la suite.

Les experts TIC de la PTC assurent, en étroite collaboration avec une sélection de x personnes sur le lieu de travail, la bonne gestion des flux d'information malgré :

  • que ces flux sont notoirement complexes étant donné la nature des maladies et le caractère personnel du traitement de chaque maladie,
  • que les budgets pour les TIC restent proportionnellement largement inférieurs à ceux d'autres secteurs à grande intensité d'informations,
  • que l'appel de personnel TIC dans le secteur "marchand" reste assourdissant, et
  • que ce défi est relevé avec un hôpital universitaire relativement petit comme base économique.

A chacun de ces défis, la PTC et l'organisation qui tourne autour de celle-ci ont apporté une réponse. Et avec succès, tant sur le plan de l'utilisation et de la pénétration dans l'organisation, l'effet sur la qualité des soins, l'effet de récupération sur la base de paramètres mesurables que pour l'enthousiasme avec lequel les applications et les applications partielles sont mises en œuvre.

X
Un dossier de soins électronique optimalise l'échange d'informations

Un autre projet informatique important est le Dossier infirmier informatisé (DII). Le DII a été étendu en 2011 à tous les services d'hospitalisation, à la maternité et au service des urgences. Le dossier patients doit garantir la continuité des meilleurs soins et, de là, la qualité. Le dossier comporte les tâches que les infirmiers doivent remplir pour un patient. C'est ainsi qu'un matériel et une médication spécifiques peuvent être complétés dans le dossier. Cette liste peut être adaptée en ligne, d'où la possibilité de bien suivre ce qui a été fait et à quel moment. En outre, des médecins peuvent, à partir du DMI (Dossier médical informatiséà) consulter le DII et inversement. C'est ainsi que l'état d'un patient peut être partagé au sein d'une unité de soins. Le DII est interdépartemental. Des informations cruciales sur le patient restent visualisées lors de transferts internes, aucune donnée importante n'étant donc perdue. Ceci est plutôt unique dans l'univers des dossiers patients électroniques.

Etant donné que la numérisation du dossier de soins entraîne la disparition de dossiers physiques, les locaux de briefing de toutes les unités de soins ont été équipés d'un beamer, d'un rétroprojecteur et d'un clavier sans fil. Ceci permet une plus grande transparence, chacun peut suivre plus facilement et l'efficience est maximale.

Chaque unité de soins dispose en outre de plusieurs ordinateurs portables sur lesquels les infirmiers peuvent partager les informations en continu. Ceci garantit un échange correct d'informations et les rapports peuvent donc aussi être consultés interactivement.

Autres activités réalisées en 2011:

  • la révision du guide de laboratoire pour les laboratoires et les (médecins) généralistes;
  • le développement du dossier chimio, qui a notamment reçu une page de suivi sur laquelle les prestataires de soins concernés peuvent toujours suivre l'état du patient;
  • l'élaboration, dans le cadre de l'e-health, d'un portail des patients où les patients diabétiques ou ceux qui subissent un traitement de fécondation in vitro peuvent venir poser leurs questions;
  • l'étude à partir du projet e-Health (Abrumet, la coopération Bruxelles-Etat fédéral), de la façon dont les données cliniques peuvent être partagées virtuellement avec d'autres hôpitaux d'une manière sûre et contrôlée.
Un dossier de soins électronique optimalise l'échange d'informations

L'hôpital
reste stable sur

le plan
financier

X

Les résultats financiers de 2011

  2007 2008 2009 2010 2011
Bilan
Total du bilan 329,6 339,3 368,1 370,4 396,3
Actifs immobilisés 229,6 217,0 234,8 232,4 221,2
Actifs circulants 100,0 122,3 133,4 138,0 175,1
Capitaux propres 192,7 178,0 185,9 186,8 188,0
Provisions 9,6 11,5 17,5 20,4 43,2
Dettes 127,4 149,8 164,7 163,1 165,0
 
Résultat
Ventes et prestations 263,4 296,4 325,5 337,1 352,9
Coût des ventes et des prestations 263,9 292,5 323,0 331,6 349,4
Résultat d'exploitation -0,5 3,8 2,5 5,5 3,5
Résultat d'exploitation / Ventes et prestations -0,2% +1,3% +0,8% +1,6% +1,0%
Produits financiers 8,0 3,4 3,3 3,5 6,6
Charges financières 1,3 4,7 3,1 2,7 4,1
Résultat financier 6,7 -1,3 0,2 0,8 2,5
Résultat 6,2 2,6 2,7 6,3 6,0
Produits exceptionnels 1,3 2,9 6,8 2,7 29,3
Charges exceptionnelles 1,3 19,4 3,1 6,1 32,5
Résultat exceptionnel 0,0 -16,5 3,7 -3,5 -3,2
Résultat de l'exercice 6,2 -14,0 6,5 2,9 2,8
Cashflow 23,0 23,4 28,1 27,5 30,3
 
Investissements
Total 27,4 32,2 33,3 21,2 25,2
Médicaux 7,5 11,4 13,2 5,9 10,2
Non médicaux 0,8 1,5 1,9 0,8 0,9
Informatique 3,0 3,8 3,1 4,0 3,3
Gros entretien 7,8 7,5 9,4 6,1 6,8
Bâtiments 8,2 8,0 5,8 4,4 4,0

A la base, la situation financière de l'UZ Brussel est restée stable en 2011, tout comme l'année précédente. Ceci reste remarquable dans une société qui est touchée par une crise financière après l'autre. L'hôpital a clôturé 2011 avec un bénéfice de 2,7 millions d'euros, soit 200.000 euros de plus qu'en 2010.

Le résultat d'exploitation a été de 3,5 millions d'euros en 2011, soit 1% des ventes et des prestations, ce qui représente un recul par rapport à l'année précédente lorsque le résultat s'élevait encore à 5,5 millions d'euros.

Les produits totaux ont augmenté de 4,7% et ont atteint un montant de 352,9 millions d'euros, par rapport aux 337,1 millions d'euros de 2010. En 2011, un cashflow de 30,2 millions d'euros a également été confirmé contre des dépenses d'investissements de 25,2 millions d'euros.

Comme la politique financière reste prudente, l'hôpital a pu augmenter ses réserves de près de 3 millions d'euros, ce qui donne un total de 174,4 millions d'euros.

Investir de manière avisée

Contrairement à l'année précédente, les investissements augmentent à nouveau de 18,9% ou 21,2 à 25,2 millions d'euros en 2011. La plus grande partie est consacrée à nouveau aux "investissements médicaux" (40,5%), suivis par le "gros entretien" (26,9%) et (ce qui ne surprendra pas vu les innovations planifiées) les "bâtiments" (15,7%).

Collecte de fonds

Vu la grande pression sur les moyens financiers disponibles, une étape importante a été franchie en 2011 avec une approche plus professionnelle de la collecte de fonds par la conclusion d'un accord avec les collecteurs de fonds spécialisés d'Emolife.

Entre-temps...

Le futur

Jouer

le monde brûle-t-il?

X

Personne ne peut prédire l'avenir. La direction que prendra la société, le pouvoir, la crise économique, le monde, nul ne le sait non plus. Ce que nous savons, toutefois, c'est qui nous sommes et ce que nous sommes. Ce que nous représentons et où nous faisons la différence et comment nous pouvons apporter la meilleure réponse aux incertitudes du futur.

2012 sera l'année au cours de laquelle nous poserons de nouveaux repères. A partir de notre particularité et de nos qualités, et celles de notre Faculté, nous faisons des plans pour l'ancrage durable et l'évolution de l'Hôpital Universitaire.

L'UZ Brussel se trouve devant une mission, une vision et des valeurs évidentes. L'offre de soins de haute qualité et en même temps accessibles, de formations médicales et paramédicales de qualité et d'une recherche scientifique innovante. Nous trouvons une unité dans notre mélange unique de soins et de prestations de services spécialisés régionaux. Et aussi dans des services avec des références de haut niveau avec un rayonnement international. Et même dans notre position unique d'hôpital néerlandophone, situé à Bruxelles, en Flandre, dans un contexte belge et international.. Mais surtout dans notre culture, l'héritage de la libre réflexion de notre Alma Mater, la Vrije Universiteit Brussel: humanisme actif, pluralisme, respect et tolérance.

A partir de là, vous verrez en 2012 l'amorce d'un nouveau plan stratégique, la réalisation du Centre médical universitaire (la coopération stratégique et opérationnelle approfondie entre l'hôpital et la faculté de Médecine et de Pharmacie) et le Campus ; la poursuite de la nouvelle construction (rénovation) ; l'adaptation de notre fonctionnement et de notre organisation internes ; le déploiement puissant et formel d'une culture de la qualité; le développement d'un réseau régional, national et international de soins et d'activités académiques; la stimulation de la valorisation et d'autres sources de financement alternatives, sont quelques-unes des "grandes" lignes stratégiques.

Le tout débouchera indubitablement à nouveau sur de grandes réalisations et de nombreuses petites réalisations concrètes qui paraîtront dans le rapport annuel de 2012. Elles détermineront le résultat "global" de l'hôpital et auront à nouveau été réalisées par les nôtres!

Et c'est justement ce dernier point qui nous rend optimistes, plus encore que le "devoir moral" de Karl Popper.

Nous attendons impatiemment le futur avec vous.

Respect

Mission, vision
et valeurs

X

A l'Universitair Ziekenhuis Brussel, le patient passe toujours avant tout. Par respect pour lui en tant que personne, quelles que soient son origine, sa langue, sa position sociale ou ses convictions philosophiques, et dans le respect de son droit à l'autodétermination.

Médecine de base accessible et technologie de pointe de la plus haute qualité

Sur les plans régional, national et international, l'Universitair Ziekenhuis Brussel vise un ensemble global de soins de santé reconnus de la plus haute qualité qui comprend à la fois des soins médicaux de base et des technologies de pointe et est accessible à chacun.

Enseignement et libre examen

En tant qu'hôpital universitaire, l'Universitair Ziekenhuis Brussel exerce une mission d'enseignement et organise la recherche scientifique. Il souscrit aux valeurs de base de la Vrije Universiteit Brussel, dont il fait partie: le principe du "libre examen" et le principe de la "décision démocratique". L'hôpital travaille en étroite collaboration avec la faculté de Médecine et de Pharmacie ainsi qu'avec d'autres facultés.

Néerlandophone, ouvert, motivé, innovant, indépendant

L'Universitair Ziekenhuis Brussel néerlandophone veut être une communauté de travail motivée et innovante qui part d'une éthique humaniste ouverte et d'un pluralisme actif. Il respecte le bien-être de ses collaborateurs au sein d'une organisation indépendante et financièrement saine.

Membres du Conseil d'Administration 2011

Président - B. Van Camp

Conseil d'Administration

Recteur de la Vrije Universiteit Brussel - P. De Knop

Président de la Vrije Universiteit Brussel - E. Van Gelder

Représentants désignés par le Conseil d'Administration – Vrije Universiteit Brussel

  • B. Van Camp
  • J. Branson
  • J. Aelbrecht
  • A. Dupont
  • H. Kartounian
  • S. Pauwels

Médecins désignés par le Conseil Médical

  • D. Urbain
  • J. De Mey
  • A. Deconinck
  • M. Camus
  • G. Verfaillie

Non-médecins désignés par la délégation des travailleurs du conseil d'entreprise
M. De Rudder
M. Van Humbeek

Membres cooptés

  • E. Derycke
  • W. Soetens
  • S. Gatz

Invités avec voix délibérative

  • Administrateur délégué - M. Noppen
  • Administrateur général - J. Beeckmans
  • Président du Conseil Médical - L. Huygens
  • Directeur général de la Vrije Universiteit Brussel - J. Van Leemput
  • Gestionnaire financier de la Vrije Universiteit Brussel - N. Van Craen
  • Président du R.I.V.O.K. - L. Van Gerwen

Conseillers invités pour le soutien de la politique

  • G. Peeters
  • V. Anciaux

Secrétaire du Conseil

  • H. Haegeman

Comité de Direction

Administrateur délégué
Marc Noppen

Administrateur général
Jan Beeckmans

Directrice médicale
Jan Schots

Médecin en chef
Laurette Steenssens

Directeur de l'informatique
Rudi Van de Velde

Directeur human resources et communication
Raf Vandenbussche

Directrice du département soins infirmiers et obstétrique
Ria Vanschoenwinkel

UZ Brussel

Campus Jette Avenue du Laerbeek 101 1090 Bruxelles

www.uzbrussel.be

Numéros de téléphone utiles
de l'UZ Brussel

  • Numéro de téléphone général: 02 477 41 11
  • Numéro de fax général: 02 477 77 80
  • Hospitalisations d'urgence: 02 477 51 00
  • Hospitalisation des enfants UZ Brussel: 02 477 87 78
  • Service Human Resources: 02 477 55 72
  • Service communication: 02 477 80 80

Visitez aussi

Etudier la médecine?

Aller sur http://www.geneeskundestuderen.info

Vous cherchez du travail?

L'UZ Brussel est toujours à la recherche de nouveaux collaborateurs comme des infirmiers, des laborants, du personnel d'entretien ainsi que des spécialistes eninformatique.

Intéressé ?

Contactez directement le service du personnel de l'hôpital ou surfez sur www.werkeninhetuzbrussel.be

 

Warme werkgever

Top employers 2012

La science ne s'arrête pas.

Chaque jour, nous tenons à vous entourer des meilleurs soins et des meilleures techniques, car vous le valez bien!

Mais vous pouvez, vous aussi, nous aider: www.vriendvoorhetleven.be

Ce rapport annuel est une réalisation du service communication de l'UZ Brussel:
communicatie@uzbrussel.be

Votre réaction sur ce rapport annuel?

Coordination rédactionnelle et rédaction:
Edgard Eeckman en Eva De Vriese

Les personnes suivantes ont collaboré à la rédaction de ce rapport annuel:
Melissa Buelens, Paul Ceulemans, Marc De Beukeleer, Petra Jacobs, Marc Noppen, Ben Van Camp

Les photos sont notamment de Jerry De Brie, Edgard Eeckman en Lander Loeckx

Design et development a été assurée par www.megaluna.be

 
Top
Table des matières

UZ Brussel

La résolution minimale est de 1024x768 pixels.

Vous pouvez télécharger le rapport annuel en format pdf.

UZ Brussel

Un instant s'il vous plaît...